Archives de Tag: thanatos euthanasié

Programme en devenir

Poster un commentaire

Classé dans Photos

Tremblez

Thanatos euthanasié - Grandrif

Thanatos euthanasié - Grandrif

Nous sommes rusés et ne voulons plus l’auréole morale du martyre humblement reconnu. A jouer ainsi notre vie il est  normal que parfois la fatigue annule notre certitude par ailleurs inentamable. Rassurez-vous ! même dans un moment de faiblesse nous n’avouerons rien. Votre faillite ne nous concerne plus. Proclamez-vous ce que bon vous semble nous écouterons peut-être sans sourire puis passerons à autre chose. Même vissé à son maximum l’étau est impuissant.Vous avez si longtemps employé votre énergie à agiter des hameçons gorgés de biens de consommation que l’énergie vous manque. Nous vous prenons vos propres ciseaux pour couper l’un après l’autre et patiemment les fils. Debouts

et inflexibles nous sommes les orphelins aux larmes desséchées. Tremblez.

Giles Décroissant


Poster un commentaire

Classé dans Photos

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

 

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Photos

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

 

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

Grandrif, Thanatos euh! euh! euthanasié – détail

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Photos

A Grandrif, on ne veut pas entendre parler de « surconsommation »

868 millions de tonnes de déchets. C’est ce que la France produit, chaque année, toutes structures confondues, et dont près de 30 millions pour les ménages que nous sommes (chiffres de l’ADEME). Des montagnes d’ordures qu’il faut traiter, au prix fort, puisque cela nous coûte près de 12 milliards d’euros pour les évacuer, les traiter, les recycler quand c’est possible… Les déchets sont un symbole puissant des sociétés de consommation (et de sur-consommation), puisque nombre d’objets servent ‘mal’ : je ne jugerais pas ici de leur utilité pour chacun, mais de la manière dont ils sont conçus : des biens peu durables, dans des matières peu propres, avec une utilité souvent réduite voir « instantanée » pour certains gadgets que l’on utilise une fois ou deux avant de les oublier dans le fond d’un grenier. On ne peut pas tout traiter, par contre, certains ont trouvé un moyen plutôt amusant de détourner ces objets privés d’utilisation en en faisant tout un art.

C’est ce qu’on appelle « l’art du recyclage », ou l’art poubelle, parfois, une variante intéressante de l’art brut qu’avait déjà sublimé le Facteur Cheval et son « palais idéal » fait de bric et de broc.

Facteur_Cheval_-_Detail_facade_Nord.jpg

Le concept est simple : plutôt que d’aller acheter, comme de nombreux artistes, de la peinture, du papier, des métaux, et tout autre instrument de conception, on les trouve dans le quotidien, en récupérant les objets qui ne servent pas ou plus. Résultat : ça ne coûte rien (à part de la place pour stocker ou exposer ces objets) et on évite de jeter de vieux objets en leur donnant une seconde vie. Le décalage, par exemple, entre une poupée que vous n’avez plus utilisé depuis plus de 20 ans et que vous « greffez » à d’autres objets de ce type (vieux, souvent moches et non utilisés) lui donne un sens nouveau. Pas celui qu’a voulu le producteur de la poupée (un jouet pour enfant), mais celui qui ressortira de vos assemblages. Récupérer une quarantaine de poupées et les aligner sur un même support pour les peindre en rouge donnera un effet certain à ces vieilleries !

Deux exemples d’art de la récup qui font parler d’eux, à Lyon et à Grandrif dans le Puy-de-Dôme (63). A Lyon, c’est la Demeure du Chaos qui pousse très loin le concept de récupération, en y joignant un aspect politique qui critique de manière directe nos sociétés de profit et de consommation. Tout y est noir, noirci, et leur spécialité, c’est le « recycl’art » de gros objets, puisqu’on y trouve pêle même des voitures, un tractopelle et même un avion ! La mairie et les riverains se sentent agressés par cette débauche d’objets morts retournés à une seconde vie, avec des procès pour la fermeture de la Demeure qui n’aboutissent pas (mais des fermetures partielles ont déjà eu lieu).

245795477_0ffc94688e.jpg

A Grandrif, petit commune du Massif Central, c’est un autre artiste qui ressort de leurs tombeaux les objets mis un peu trop vite à la poubelle, et à voir son oeuvre maîtresse, qui s’appelle « Thanatos, euh! euh! euthanasié », il est tombé sur un filon en or ! L’artiste fouineur des restes de la consommation, Henri Grange, est d’ailleurs lui aussi inquiété par la maire de son village, Suzanne Labary, qui début juillet lui intime de cesser de mettre sous le nez des riverains ce que l’on pourrait appeler leurs « excrêments de consommation », avec la gendarmerie en copie. Fair-play. Sont-ils à ce point hantés par le fait de jeter systématiquement des objets inutiles achetés compulsivement ? Car c’est évidemment en plein air et dans l’espace public que ces ordures font « mouches », pas dans une salle d’exposition parisienne réservée au petit nombre. N’hésitez pas en passant dans ce coin magnifique à aller saluer l’artiste et échanger quelques bribes de réflexions sur notre monde plus jeteur qu’acheteur au milieu de ses zombies qu’il parvient à recréer (ci-dessous quelques détails de son installation).

img_4109.jpg

thanatos-euthanasie-2.jpg

Alors, tabous, nos abus d’achat et notre propension à jeter à tout va ? Je vous recommande aussi la lecture du long article d’Hélène Crié-Wessner qui résume deux ouvrages importants de réflexion sur capitalisme et écologie.

Article publié par Luc Delporte, Consommaction

Poster un commentaire

Classé dans Vu dans la presse

Thanatos euh! euh! euthanasié : détails

2 Commentaires

Classé dans Photos

Intégrer une poésie…

Thanatos euthanasié - Grandrif

Thanatos euthanasié - Grandrif

Intégrer une poésie qui, simultanément, désintègre l’égomorbide tout en reconstruisant le désir, brûlé, purifié par l’Energie d’Amour conscient que, gratuitement, elle nous donne. Autrement exprimé : mort et résurrection instantanées !  Telle semble bien être l’ultime vocation peau éthique. Résultat de la course : foutre une tannée, si possible plus que momentanée  à thanatos, that is to say pleinement vivre et amorcer ainsi la royale res publica loin des bulletins des-votes trafiquées…

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized